Recrutement d’un(e) Consultant(e) International(e) pour la mise en œuvre d’une intervention de transferts monétaires dans le secteur de l’éducation

UNICEF travaille dans certaines parties du monde qui sont les plus difficiles, pour atteindre les enfants les plus désavantagés au monde.

Pour sauver leurs vies. Pour défendre leurs droits. Pour les aider à réaliser leur potentiel. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, partout, chaque jour, pour construire un monde meilleur pour tous.

Et nous n’abandonnons jamais.

Pour chaque enfant, un(e) champion(ne) !

1. Contexte de l’initiative Cash Transfert

Le Sénégal fait partie des pays d’Afrique de l’Ouest les plus touchés par la pandémie à la COVID-19 qui secoue le monde entier.

L’un des effets induits de cette pandémie a été la fermeture momentanée totale ou partielle des écoles ; la fermeture des frontières terrestres et aériennes ;

l’arrêt ou le ralentissement des activités dans les secteurs publics et privés, formels et informels, impactant négativement l’économie nationale et fragilisant davantage les couches les plus défavorisées telle que les ménages les plus pauvres.

La perte des revenus due à l’arrêt des activités économiques a exacerbé les privations sociales, voire la précarité surtout dans les ménages les plus pauvres et les plus vulnérables.

Une grande partie de ces ménages affectés par le COVID se retrouvent bien obligés d’opérer des choix économiques en accordant la priorité à la couverture des besoins vitaux de survie de ces ménages.

Dans ce contexte, le risque de décrochage des élèves ou de non-scolarisation des enfants atteignant l’âge de commencer l’école est élevé.

Au-delà des défis actuels immédiats liés à la continuité des apprentissages, à la reprise des classes d’examen et aux aménagements des calendriers scolaires, le système éducatif doit en effet faire face à l'impact à moyen terme de l'épidémie, notamment en termes de dégradation des taux de scolarisation, de rétention dans le système scolaire et d'achèvement, ainsi qu'à la vulnérabilité accrue des enfants et apprenants, et en particulier des filles.

Avec les conséquences économiques liées à la pandémie (baisse de revenus, perte d’emplois, inflation,) dans le monde et au Sénégal, il est à prévoir que les enfants issus des ménages les plus pauvres, et les filles en particulier, risquent de voir leur scolarité compromise, et d’être davantage exposées pour ces dernières au mariage et aux grossesses précoces.

Une étude récente estime qu’au niveau mondial près de 100 millions d’enfants passeront sous le seuil de pauvreté du fait de cette crise, et qu’une telle situation devrait amener près de 9.

7 millions d’élèves à abandonner leur scolarité. La même étude place le Sénégal parmi les 12 pays les plus à risque, par le monde, de subir d’importants décrochages scolaires et de s’éloigner des objectifs de scolarisation universelle à l’horizon 2030 du fait de l’impact des mesures prises en réponse à la COVID-19.

Il sera également plus difficile de préserver les efforts budgétaires en faveur de l’éducation, dans un contexte où les attentes et les pressions seront fortes pour renforcer la réponse sanitaire et relancer la croissance économique.

Pour adresser ce risque, l’UNICEF en appui au Ministère de l’Education Nationale (MEN), dans le cadre du plan de riposte du MEN en réponse à la COVID-19, sur financement du Canada à travers le Programme d’appui multisectoriel pour la relance inclusive des services sociaux de base dans le contexte de la COVID-19 au Sénégal (Programme Relance’), envisage d’apporter une assistance monétaire directe aux ménages les plus pauvres et ayant des élèves en situation de vulnérabilité extrême pour alléger le poids économique de la scolarisation de leurs enfants et éviter les abandons scolaires ou la non-scolarisation des enfants atteignant l’âge de scolarisation obligatoire.

Cette assistance permettra ainsi aux ménages de faire face aux couts directs et indirects de la scolarisation pour l’année scolaire 2022 / 2023 et de préserver la scolarisation de leurs enfants et en particulier celle des filles.

L’intervention concerne les enfants ayant l’âge de démarrer l’école (6ans au Sénégal), les enfants du cycle élémentaire (les six premières années d’étude), puis ceux du cycle moyen.

2. Description brève de l’intervention

i) Modalités et montants de transferts

Pour répondre au double objectif visant à la fois le retour en classe des élèves et leur maintien à l’école, l’intervention se déroulera en 2 temps.

Dans un premier temps, 50% de l’allocation sera transférée avant la rentrée scolaire. Ce transfert ne sera pas conditionné à l’inscription ou à l’entrée effective de l’élève à l’école.

Une fois l’argent transféré dans les comptes des ménages bénéficiaires, ces derniers devront pouvoir effectuer les retraits nécessaires afin de pouvoir prendre en charge les frais directs et indirects nécessaires à assurer la scolarité de leur(s) enfant(s).

Dans un second temps, le reste du montant total (soit 50%) sera transféré à l’issue du 1er trimestre. En revanche, ce second transfert sera conditionné à la participation / présence effective de l’élève à l’école au cours du premier trimestre.

Les élèves bénéficiaires de la première tranche qui n’auraient pas été à l’école ou qui auraient abandonné ne pourront pas bénéficier de ce second transfert.

Pour ce faire, un système de suivi-évaluation sera mis en place permettant de confirmer la participation effective (présence / abandon) des élèves bénéficiaires au cours du premier trimestre.

Le récipiendaire du Cash sera le chef de ménage, le même récipiendaire du programme de Cash national (PNBSF). Le montant de l’allocation individuelle sera fonction de la situation de l’enfant considéré.

A titre de proposition, les montants suivants pourraient être considérés :

  • 14,000 FCFA (soit 2 tranches de 7,000 FCFA) pour les enfants à scolariser à l’élémentaire
  • 18,000 FCFA (soit 2 tranches de 9,000 FCFA) pour les garçons à scolariser au moyen
  • 22,000 FCFA (soit 2 tranches de 11,000 FCFA) pour les filles à scolariser au moyen (bonus
  • filles pour favoriser leur transition et leur maintien au moyen
  • 25,000 FCFA (soit 2 tranches de 12,500 FCFA) pour les élèves handicapés (bonus
  • handicap ), de manière non cumulative avec les situations précédentes

ii) Mécanismes de paiement

Cette opération ponctuelle viendra en complément et de manière pleinement articulée avec les dispositifs de protection sociale actuels (PNBSF tout particulièrement) administrés par les services de l’Etat à travers la Délégation Générale à la Protection sociale et la Solidarité Nationale (DGPSN).

De ce fait, cette opération utilisera les mêmes opérateurs et procédures que les programmes de protection sociale considérés.

Cette initiative utilisera donc le dispositif utilisé par le PNBSF tant pour les aspects fiduciaires (opérateurs de paiement) que les aspects non fiduciaires (opérateurs sociaux déjà pris en charge par le PNBSF ;

séances de sensibilisation sur l’éducation préalablement à la rentrée scolaire pour tous les ménages bénéficiaires du PNBSF, etc.)

iii) Paramètres de ciblage et de sélection des bénéficiaires

Pour mener à bien cette intervention, un certain nombre de paramètres seront définis pour permettre de bien circonscrire le ciblage :

1) Pour commencer, les données actualisées de la base de données du Registre National Unique (RNU) seront exploitées. Cette base de données du RNU contient des données les plus actualisées et plus renseignées sur les ménages (y compris une variable sur le handicap, etc.)

2) L’ordre de priorisation suivante sera retenu pour la constitution de la liste des bénéficiaires :

3) Niveau 1 : les élèves handicapés constituent la priorité. Tous les ménages avec un enfant handicapé en âge de scolarisation seront donc d’office bénéficiaires ;

4) Niveau 2 : à ce niveau de l’échelle de priorité, nous aurons les élèves issus des ménages les plus pauvres (équivalent au tercile 1 du RNU).

Le nombre de bénéficiaires qui sera retenu pour ce niveau est tout simplement la différence entre le nombre total de bénéficiaires prévu et le nombre obtenu au niveau 1.

5)Mais en fin de compte, ce sont 60,000 enfants répartis dans environ 20,000 ménages qui bénéficieront de l’intervention.

Le nombre exact de ménages dans lesquels les 60,000 enfants sont repartis sera connu après une légère enquête de démarrage.

6) Pour ce qui concerne les données du Programme National de Bourse de Sécurité Familiale (PNBSF / RNU), le ménage est le premier niveau de ciblage et les élèves constituent le second niveau.

Une attention particulière sera accordée à la transition entre le cycle élémentaire et le cycle moyen et tout particulièrement aux filles (de préférence au moins 60% de filles).

Un arbitrage dans la sélection des ménages pourrait intervenir pour prendre en compte ce critère important.

7)Le score PMT sera appliqué pour déterminer les ménages les plus pauvres du tercile 1 du RNU ayant un ou plusieurs enfants qui étaient scolarisés au cours de l’année scolaire 2021-2022 (à l’élémentaire et / ou au moyen) ou ayant atteint depuis l’âge de scolarisation obligatoire (6 ans) en leur sein.

Une enquête rapide de démarrage est prévue par la DGPSN pour mettre à jour ces informations.

  • 8) Il faut noter que pour les ménages qui ont plus de 3 élèves, il leur sera versé un montant plafond correspondant à 3 élèves, ceci pour permettre à plus de ménages d’en bénéficier ;
  • 9) Premier niveau de ciblage : le ciblage géographique. Les régions enregistrant les plus forts taux d’abandon et les plus faibles taux de transition dans la zone ciblée jusqu’ici par les financements du Canada, à savoir : Tambacounda, Kaffrine, Matam, Kolda, Sédhiou et Kédougou ;

10) Les cibles scolaires concernées sont les niveaux correspondant au cycle d’éducation de base, à savoir les niveaux du primaire ( élémentaire’) et les niveaux du premier sous cycle du secondaire (’moyen’).

11) L’initiative veillera également à cibler au moins 60% de filles dans la mesure du possible ;

iv) Evaluation d’impact

Le cash transfert fera l’objet d’évaluation d’impact avec pour but d’apprécier dans quelle mesure, les transferts monétaires effectués au cours de la période au profit des groupes cibles ont pu améliorer le maintien des élèves à l’école et leur transition du cycle élémentaire vers le cycle moyen dans les six régions concernées au cours de la période de Septembre 2022 à Décembre 2023.

Pour ce faire un cabinet de consultant sera recruté pour dans un premier temps pour concevoir la méthodologie d’évaluation d’impact puis et conduire l’enquête baseline de ladite évaluation.

3. Objet :

L’objet de la présente consultation est de recourir aux services d’un spécialiste de protection sociale pour accompagner le Gouvernement et l’UNICEF dans la préparation et la mise en œuvre du cash transfer d’ici la rentrée académique 2022 / 2023.

Comment pouvez-vous faire la différence ?

Le soutien du consultant sera axé dans deux domaines principaux :

a. Le premier domaine de soutien du consultant concerne la mise en œuvre du cash transfert. Cela va consister au suivi des activités suivantes en collaboration avec la partie nationale notamment la DGPSN :

La constitution de la liste définitive des bénéficiaires

La contractualisation de l’opérateur de payement

La Communication

Le Payement de la première tranche de cash transfert

b. Le second domaine de soutien du consultant va consister au suivi de la conception et la conduite de l’évaluation d’impact du cash transfert en collaboration avec le Bureau de l’UNICEF à Innocenti en charge des recherches, le cabinet de consultant qui sera recruté et la partie nationale.

Il s’agit plus précisément de :

La conception de la méthodologie de l’évaluation d’impact de façon globale

La conception et conduite de l’enquête Baseline de l’évaluation d’impact

5. Durée de la consultation :

La durée de la présente consultation est de 3 mois (15 juillet- 15 Octobre).

6. Livrables :

1) La constitution de la liste définitive des bénéficiaires

Suivre le déploiement des agents et la collecte des données de vérification

Pour l’assurance qualité des données, préparer des rapports d’erreurs à travers des fichiers d’exécution de Stata (dofiles)

de checking

Traiter les données et procéder à la sélection des bénéficiaires et l’arrêt de la liste, 31 Juillet 2022

2) La contractualisation de l’opérateur de payement

Entamer des démarches et discussions avec la DGPSN pour cibler le bon profil d’opérateur de payement

Apporter des inputs à la définition du cahier de charge de l’operateur

Participer au panel de recrutement

Suivre le processus administratif de contractualisation avec la DGPSN, 31 Août 2022

3) La Communication

Suivre la finalisation du plan de communication tenant compte des agencement adéquats des activités y compris le costing

Suivre le déploiement des activités de communication, 30 Septembre 2022

4) L’Evaluation d’impact du cash transfert

Participer au recrutement d'une firme pour la conception de la note méthodologique de l’évaluation d’impact et la conduite de la

baseline,

Participer à la conception de la note méthodologique de l’évaluation d’impact;

Apporter des inputs à la conception de la note méthodologique de la baseline

Apporter un appui au cabinet dans conception des outils de collecte y compris la plate-forme de collectes de données en ligne

Assurer la coordination opérationnelle de la baseline

Superviser la collecte,

Participer au traitement et de l'analyse des données

Participer à la production du rapport, 30 Septembre

5) Le Payement de la première tranche de cash transfert

Organiser des réunions de cadrage avec l'opérateur de payement en collaboration avec la DGPSN

Suivre la transmission de la liste des bénéficiaires à l'opérateur de payement / Elaboration des ordres de virement

Suivre la préparation administrative et logistique

Suivre l’opération de payement des bénéficiaires et la transmission du rapport de payement par l’operateur

Travailler avec la cellule de traitement des réclamations

Suivre l’effectivité du retrait du cash par les ménages bénéficiaires, 15 Octobre 2022

Pour être qualifié comme agent du changement pour chaque enfant, vous devrez...

Être titulaire d’un Diplôme universitaire supérieur (Master au minimum) en Economie, sciences sociales ou tout diplôme connexe ;

Avoir au moins 7 ans d'expérience dans les programmes internationaux de protection sociale et d'aide humanitaire,

  • Avoir une expérience avérée dans la planification, la conception et la mise en œuvre d'opérations de transferts monétaires ;
  • Avoir une bonne expérience de collaboration avec les gouvernements pour la conception et la mise en œuvre des mesures de protection sociale ;

Avoir une bonne expérience de travail avec les gouvernements sur la modalité d'assistance par transferts monétaires sera un avantage.

  • Avoir une excellente connaissance des systèmes de protection sociale en Afrique subsaharienne, celle du Sénégal constitue un grand atout ;
  • Avoir au moins 7 ans d’expérience avérée en matière de conception et de conduite d’évaluation d’impact type expérimental (RCT) et quasi-expérimental;
  • Avoir une expérience avérée en matière d’analyse statistique et économétrique de bases de données quantitatives ;
  • Avoir une expérience professionnelle avérée dans la conduite d’enquêtes d’envergure type ménage, le traitement et l’analyse des données quantitatives et qualitatives ;
  • Avoir une expérience professionnelle avérée en matière de conception et de conduite d’études qualitatives ;
  • Avoir une parfaite maitrise du français à l’écrit, et une connaissance de travail de l’anglais ;

Très bonne capacité rédactionnelle et de synthèse ainsi qu’une parfaite maitrise de la langue française

Remarques :

L’UNICEF applique la politique de tolérance zéro à l’égard de l’abus et de l’exploitation sexuels, ainsi que de tout autre type de harcèlement, y compris le harcèlement sexuel et la discrimination.

Tout candidat considéré pour un recrutement fera l’objet d’une vérification rigoureuse des références et des antécédents.

L’UNICEF est attaché à la diversité et à l’intégration au sein de son personnel et encourage les candidats qualifiés de tous les horizons à postuler notamment les candidatures féminines.

Les nominations à l'UNICEF sont soumises à une autorisation médicale. Les nominations peuvent également être soumises à des exigences de vaccination, notamment contre le SRAS-CoV-2 (COVID).

Les employés du gouvernement qui sont considérés pour un emploi avec l'UNICEF doivent normalement démissionner de leur gouvernement avant d'accepter une mission avec l'UNICEF.

L'UNICEF se réserve le droit de retirer une offre d'emploi, sans compensation, si un visa ou une autorisation médicale n'est pas obtenu(e), ou si les exigences en matière de vaccination ne sont pas satisfaites, dans un délai raisonnable, pour quelque raison que ce soit.

Depuis le 24/06/2022

Fermé le 25/09/2022

Programme Assistant GS 5, Dakar Senegal , post # 121291 Temporary Appointment (TA) 364 days

Partnerships Specialist P3, WCARO Dakar Senegal#117984

Recrutement d'un(e) stagiaire pour la Section Protocole du Bureau UNICEF Sénégal

Jr Individual Contractor for RapidPro Data, Surveys analysis, & Content Management, WCARO Dakar, 11.5 months

Technology for Development Specialist, P3, WCARO Dakar-Senegal#72479, Dakar

Administrative Manager (Facility Services ) P4 Fixed Term Appointment, Independent Project Unit UN House Dakar Senegal, Post # 121070, Dakar